Julien Edouard, gentleman codeur


Bonjour ! Je suis expert en developpement web, et voici ce que je fais.

Trucs et astuces ssh

Notre sysadmin @zecrazytux a eu la bonne idée de nous faire un petit cours rapide sur ssh. ssh est bien plus complet qu'il n'y parait et il ne suffit pas uniquement de faire un ssh root@votredomaine.com pour en exploiter les pleines capacités.

Voici donc quelques fonctionnalités.

ssh-keygen

A chaque connexion ssh vers un serveur, il faut s'acquitter d'un mot de passe. C'est assez pénible quand il s'agit d'en ouvrir des dizaines par jour. Heureusement, on peut s'authentifier via une clé. Deux en faite, une clé privée, qui ne doit jamais quitter son poste de travail, puis une clé public. La clé public va permettre aux serveurs de décrypter votre session au moment de votre connexion.

Génération des clés

Comment utiliser ElasticSearch pour vos logs dans Symfony2

Nombreuses sont les possibilités pour faire du log dans Symfony2. Dans un de mes projets, je dois sauvegarder l'intégralité d'un mail envoyé, avec toutes les informations disponibles. J'ai donc opté pour un stockage des informations dans un index ElasticSearch (E/S), et ceux pour plusieurs raisons :

  • ElasticSearch (E/S) c'est du noSql, non normalisé, si le format du mail change, aucun problème de compatibilité.

  • L'insertion est très simple, mais la recherche est encore plus optimisée, surtout si l'on souhaite retrouver tous les mails envoyés à une personne précise.

  • L'installation, avec ElasticaBundle est relativement rapide.

Si je vous ai convaincu d'utiliser ElasticSearch pour vos logs, ou pour tout autre chose d’ailleurs, voici la procédure à suivre :

Installation

Robomongo un client mongoDb graphique

Les bases MongoDb sont de plus en plus utilisées dans les developpements web. Bien que MongoDb intègre un client pour naviguer au travers des bases et des collections, la lecture des résultats n'est pas toujours évidente.
Pour ceux qui préfère une utilisation plus graphique, il existe Robomongo. Cet outil permet de gérer vos collections mongoDb via une interface très fonctionnelle.

Composer, l'outil pour gérer les dépendances dans vos projets PHP

Avec le temps, on apprend à ne pas réinventer la roue à chaque nouveau projet PHP.

Dans un même temps on peut trouver sur le web une pléiade de projet ou de fonction PHP. Si cela nous fait gagner du temps, de nouvelles problématiques voient le jour. Il faut avoir systématiquement la dernière version pour être à jour sur la correction de bugs. Et si le projet dépend lui aussi d'autres projets, la gestion devient vite très compliqué.

C'est là qu'intervient composer, l'outil qui va permettre de gérer toutes ses dépendances.

composer est composé de 3 parties :

  • composer.phar : le script à exécuter
  • composer.json : le fichier de configuration
  • vendor : le dossier de destination des dépendances

Installation de composer.phar

en ligne de commande :

     curl -sS https://getcomposer.org/installer | php
  

Astuce: mettre composer.phar dans les commandes shell

     mv composer.phar /usr/local/bin/composer
  

Fichier de configuration : composer.json

Installer sublime text 2 sous ubuntu

Sublime Text 2 n'est pas encore présent dans les dépôts officiel de Ubuntu. Il faut donc effectuer une installation manuelle. Voici comment procéder.

Tout d'abord, il faut télécharger la dernière version sur le site officiel de sublime text.

Une fois téléchargé, ouvrir un terminal et se rendre dans le dossier de destination du fichier. Là faire :

tar xf Sublime\ Text\ 2.0.1\ x64.tar.bz2

Vous obtenez un dossier Sublime Text. Ce dossier contient tout les fichiers dont Sublime Text 2 a besoin. On va donc le déplacer dans un endroit plus approprié. Comme le dossier /opt.

sudo mv Sublime\ Text\ 2 /opt/

A partir de maintenant, si vous souhaitez pouvoir lancer sublime text depuis un terminal, il suffit de créer un lien symbolic dans /usr/bin/, comme ceci :

sudo ln -s /opt/Sublime\ Text\ 2/sublime_text /usr/bin/sublime

Vider l'espace disque de la partition boot sous linux

Après quelques mois d'utilisation, et quelques mises à jour du kernel, ubuntu arrive à saturer sa partition de boot. Ce qui bloque l installation de nouvelle mise à jour. Voici comment faire le ménage.

Tout d'abord, lors de l'installation d'un linux, mettons Ubuntu, le disque sera partagé en différentes partitions. Bien souvent, on laisse le système gérer tout ça. Pour la partition du boot, linux prévoit un espace de quelques megaoctets. Pour le savoir, voici la commande :

   df -h

Il suffit de repérer la ligne de boot

    /dev/sda1                     228M    201M   27M  91% /boot

Avant de faire le vide, il faut savoir ce qu'il y a sur la machine :

    dpkg -l linux-image*

Ce qui donne :